Dragon’s Dogma : Déjà un gros échec sur Steam en 24 heures à cause des microtransactions

Quelques jours seulement après sa sortie, Dragon’s Dogma 2 broie déjà du noir sur Steam. En effet, en moins de 24 heures, le jeu a connu un véritable échec. Voici les raisons de cet incident.

Photo of author

Hervé

Publié :

Dragons Dogma 2 s’annonçait comme l’un des jeux les plus attendus de l’année 2024. Développé par Capcom et présenté à travers le monde en grande pompe, ce titre faisait monter la pression dans le milieu du jeu vidéo. Les premières critiques publiées semblaient confirmer cette attente, louant le gameplay, les graphismes et l’ambiance générale du jeu. Toutefois, l’engouement général a rapidement disparu, moins de 24 heures après sa sortie officielle.

Microtransactions : la raison principale de l’échec de Dragons Dogma 2

Le principal grief formulé par les joueurs concernait l’introduction des microtransactions dans le jeu. Ces dernières se sont révélées être un point de rupture pour de nombreux fans qui ont exprimé leur colère sur Twitter et divers forums spécialisés. Si cette pratique est malheureusement courante dans l’industrie vidéoludique, elle est particulièrement mal perçue lorsqu’elle concerne un jeu vendu au prix fort (70€).

Une avalanche de critiques négatives et des ventes en berne

  • Des microtransactions coûteuses : Loin d’être anodines, les microtransactions présentes dans Dragons Dogma 2 sont onéreuses. De nombreux éléments du jeu sont vendus séparément, rendant l’expérience de jeu incomplète pour les joueurs n’étant pas prêts à débourser encore plus d’argent.
  • Un jeu solo : Les microtransactions passent généralement mieux lorsqu’elles sont intégrées dans un jeu multijoueur et ne nuisent pas directement à l’équilibre du titre. Ici, Capcom les a introduites dans un jeu solo, ce qui est perçu comme une véritable trahison par les fans de la franchise.

En conséquence, les critiques de Dragon’s Dogma 2 sur Steam ont rapidement changé de ton pour pointer du doigt ces problèmes monétaires. La plateforme Steam a été submergée de commentaires négatifs, provoquant un net ralentissement des ventes et transformant ce qui aurait pu être le jeu de l’année en un flop retentissant.

Les leçons à tirer de l’affaire Dragons Dogma 2

Évidemment, cette situation représente une gifle pour les développeurs et les responsables marketing de Capcom, qui voient des années de travail partir en fumée en quelques heures. Mais derrière cet échec se cache un message fort adressé à l’industrie vidéoludique : les pratiques commerciales excessives peuvent nuire sérieusement à un produit, même s’il bénéficie d’une hype colossale avant sa sortie.

Le principal enseignement de cet épisode est la nécessité pour les studios de développement de respecter le joueur. Un jeu vidéo coûte cher, et pour de nombreuses personnes, il s’agit d’un investissement significatif en termes de temps et d’argent. En tentant de soutirer encore plus d’argent à travers des microtransactions maladroites, les développeurs risquent de mettre en colère leurs clients et de compromettre la réussite de leur produit.

S’adapter aux exigences du marché

Il est essentiel pour les studios de développement de comprendre que le public vidéoludique a évolué depuis l’essor des jeux sur mobiles, qui ont généralisé les achats intégrés. Les joueurs sont désormais beaucoup plus méfiants et exigeants en ce qui concerne ces pratiques. Les entreprises doivent donc adapter leur stratégie en conséquence et proposer des jeux qui évitent les pièges traditionnels dans lesquels tombent trop souvent les gros titres AAA.

Laissez un avis post

Laisser un commentaire