« Article précédent : Article suivant : »

Google se lance dans les énergies renouvelables

Par 29 nov, 2007

Le géant de l’internet diversifie encore et encore ses domaines d’activité en lançant dans la production d’énergie renouvelable. Google prend très au sérieux l’impact écologique de ses infrastructures. Bien entendu, la perspective de gains financiers a pu jouer un « petit » rôle dans cette nouvelle stratégie de développement…

Le prix du pétrole atteint des sommets et la ressource se raréfie inexorablement. Il était donc temps pour Google, grand consommateur d’énergie électrique, de se lancer dans la course au sauvetage de la planète.

La firme a décidé d’investir massivement dans l’aventure des énergies renouvelables, à grands coups de rachat d’entreprises prometteuses du secteur, et d’emplois d’ingénieurs spécialisés dans le domaine. L’idée est de mettre au point des énergies renouvelables qui coûteront moins cher à exploiter que le pétrole.

L’initiative est donc baptisée « Renewable Energy Cheaper Than Coal », et se concentrera sur le solaire, la géothermie et l’éolienne. « Notre but est de produire un gigawatt d’énergie renouvelable moins chère que le pétrole. Nous avons bon espoir que cela puisse se faire dans quelques années, et pas quelques décennies » explique Larry Page.

Les gros serveurs de Google consomment énormément d’électricité, et cela met l’entreprise au premier plan de la problématique écologique qui secoue actuellement la planète. Le géant du Net souhaite participer au combat contre le réchauffement planétaire, et pense que les énergies renouvelables pas chères constituent une alternative très sérieuse au pétrole.

Selon les experts, Google pourrait dépenser jusqu’à 500 millions de dollars dans ce projet. Un engagement significatif, qui représenterait alors 3 % de son capital. Quoi qu’il en soit, on se réjouira de voir un géant de l’économie s’engager sérieusement dans l’évolution des modes de production d’énergie, un sujet sur lequel de nombreux gouvernements se trouvent paralysés par des pratiques clientélistes dont le but n’est que de satisfaire les lobbies économiques du secteur. Qu’on se le dise.

Source

 

Vous devriez nous suivre sur Twitter ici et rejoindre notre groupe sur Facebook ici.

Mots-clefs :, Catégories : high-tech, news
Aucun commentaire

Pas encore de commentaire.


Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.