« Article précédent : Article suivant : »

La météo passe à la 3D avec le LIDAR

Par 9 jan, 2009

Le LIDAR est une technologie, pas tout à fait nouvelle mais qui mérite d’être connue, de télédétection et de mesure optique. Elle permet notamment de mesurer la distance à un objet, comme le ferait un sonar, mais en mesurant la réflexion de faisceaux lumineux visibles.

grey La météo passe à la 3D avec le LIDAR

Le FASOR est un LIDAR expérimental (le laser sur l'image est exagéré)

De la météo en 3D !

L’intérêt de cet instrument high-tech, outre l’aspect scientifique (archéologie, géographie, géologie, etc.) c’est qu’on peut grâce à lui, modéliser très précisément des environnement météorologiques en 3D.

Météosuisse, grâce à la collaboration de l’EPFL et du Fond National Suisse de la recherche scientifique, est désormais en mesure de connaitre en continu l’humidité de l’air sur une altitude de 10 kilomètres et de détecter des couches sèches dans l’atmosphère.
Le LIDAR est ainsi en mesure de contourner les limitations physiques des ballons-sondes et permettrait de réduire leur coût d’utilisation grâce à une réactivité accrue.

Un laser aveugle par mauvais temps

Par contre, en cas de pluie ou de brouillard, le LIDAR est absolument incapable de fonctionner : ses faisceaux lumineux ne traversent pas les nuages !
Par conséquent, il complétera les instruments traditionnels : un réseau de mesure au sol, les radiosondages au moyen de ballons-sondes, des radars de précipitations, les systèmes de télédétection que sont les profileurs de vent et les radiomètres de température, ainsi que la station du réseau mondial d’observation des radiations à la surface de la Terre (Baseline Surface Radiation Network).

grey La météo passe à la 3D avec le LIDAR

Le satellite CALIPSO

Cette technologie a déjà été utilisée sur des projets tels que CALIPSO, un satellite météo franco-américain qui permettra de disposer d’informations inédites concernant notre atmosphère (ou celle d’autres planètes), mais son implémentation la plus avancée reste, pour le moment, détenue par la Suisse.

Sources :

 

Vous devriez nous suivre sur Twitter ici et rejoindre notre groupe sur Facebook ici.

Mots-clefs :, , Catégories : article, high-tech
2 commentaires

Pour information, la technologie LIDAR est également utilisée pour des relevés de topographie ou de bathymétrie: en gros avoir tout une série de points x,y,z ou de x,y et profondeur d’eau. Plus de détails ici:

http://mediawikirfrc.cetmef.equipement.gouv.fr/mediawiki/index.php/Utilisation_du_lidar_pour_la_cartographie_des_habitats_c%C3%B4tiers

LIDAR permet d’avoir des relevés extrêmement précis.

Ce grand nombre de données permet de construire des modèles numériques de terrain plus précis (c’est-à-dire un univers 3D).

Un domaine d’application:
des modèles hydrauliques sont construits à partir de ces modèles. Ces modèles sont ensuite utilisés pour simuler une crue d’un fleuve ( en général, la plus grande des 100 dernières années) . Tout cela permet d’évaluer les impacts et permet aux communes environnantes de prendre les dispositions nécessaires ( construction de digues, plan de secours,…)

Pour revenir à LIDAR, il y a un inconvénient pour les pauvres développeurs: comment gérer toutes ces données ( des millions de points) ?
Parmi tous ces points, comment repérer les points remarquables comme par exemple les points limitant un batiment ?
Comment épurer toutes ces données en perdant le moins possible de précision ?

Fred Deniger (le 9 janvier 2009)  - #1

Hello Fred ! :)
Merci pour ces précisions. On dirait que tu suis déjà cette technologie avec intérêt !

Soso (le 9 janvier 2009)  - #2

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.