Qualcomm perd son trône de premier fabricant de puces Android aux États-Unis

Photo of author

Andy

Publié :

Qualcomm perd la place numéro 1 de fabricant de puces Android aux États-Unis. En 2020, il perdait déjà sa couronne sur le marché mondial au profit de Mediatek. Malgré cela, il arrivait encore à conserver le premier rang aux États-Unis, pendant plusieurs trimestres de suite.

L’avancée irrésistible de Mediatek

À la présentation de ses nouvelles puces, Mediatek déclarait détenir la première place de fabricant de cet élément pour Android, aux États-Unis. Pour conforter ses dires, la marque se réfère au rapport du quatrième trimestre 2021 de l’IDC. Ce compte rendu mentionne une représentation de 51 % du marché américain pour les processeurs du concepteur de puces taïwanais. Quant à la part de Qualcomm, elle devait se contenter de 47 %. Différentes raisons justifient cette place prédominante.

Mediatek pointe la croissance des ventes d’appareils livrés avec ses processeurs comme la source de sa hausse de pourcentage de clientèles. La popularité des versions de smartphone « à haut volume » augmente sans cesse. La société énumère les modèles Samsung Galaxy A12 4G, A32, Moto G Pure, T-Mobile Revvl V et Boost Celero. En tout cas, ce succès reste indéniable, malgré l’absence de la connectivité 5G sur les SoC Mediatek. D’ailleurs, divers acteurs de renom tel Verizon adoptent cette technologie.

Qualcomm règne encore sur la connectivité 5G

Dans le domaine de la connectivité 5G, les rangs semblent inversés. En effet, Qualcomm rafle la mise et s’accapare 76 % de la part du marché, contre seulement 18 % pour Mediatek. La raison s’avère simple : les haut de gamme se composent soit des iPhone, soit des Android avec SoC Snapdragon. Dans un cas ou l’autre, ces derniers tournent avec le modem Qualcomm 5G. Mais cette année 2022 pourrait surprendre, comme Mediatek prévoit de capitaliser les prochains Dimensity.

De son côté, Mediatek affirme son intention de maîtriser la technologie mmWave et la proposer dans ses chipsets. Le premier smartphone dans le milieu de gamme avec son support apparaîtrait vers le second semestre de cette année aux États-Unis. Cette initiative permettrait à la firme d’accroître sa part du marché sur le sol américain et d’assurer son leadership. Il s’avère donc probable pour le concepteur de puces taïwanais de percevoir une croissance encore plus grandissante dans le futur.

À l’échelle mondiale, Qualcomm garde pour l’instant encore la première place sur les modems 5G. Le duel s’accentuera avec l’adoption de plus en plus courante des SoC Mediatek. En effet, les fabricants se basent en majorité sur cette dernière pour les appareils d’entrée et milieu de gamme.

Laissez un avis post

Laisser un commentaire