La mission DART de la NASA a réussi à percuter un astéroïde à 11 millions de km

Photo of author

Jean

Publié :

La sonde DART de la NASA a accompli avec succès la première phase de sa mission. En effet, elle vient de percuter volontairement l’astéroïde Dimorphos à environ 11 millions de kilomètres de la Terre. Cette mission inédite vise surtout à tester une manœuvre de déviation de la trajectoire d’un corps céleste pouvant présenter un danger pour la planète bleue. L’on devra par la suite attendre le résultat des observations pour déterminer l’impact réel de la collision.

Une première dans l’histoire

C’est une mission digne d’un film de science-fiction! En novembre 2021 la mission Double Asteroid Redirection Test ou DART (ce qui signifie littéralement fléchette en anglais) a quitté la Terre en direction de l’astéroïde Dimorphos. Dix mois après, la sonde DART atteint sa cible à quelque 11 millions de kilomètres au-dessus de nos têtes. L’impact a eu lieu plus précisément dans la nuit du lundi 26 au mardi 27 septembre 2022 à 1h14, heure française, à plus de 20 000 km/h.

La cible est un petit astéroïde de 160 mètres de diamètre gravitant autour d’un autre plus gros, Didymos, ayant un diamètre de 780 mètres. Le système en question ne présente aucune menace pour la Terre, ni avant ni après la collision.

L’on peut ainsi affirmer que la première partie de la mission, à savoir heurter l’astéroïde en question, a été parfaitement accomplie au moment prévu. Ceci témoigne déjà de la capacité de l’homme à viser un petit astre à des millions de kilomètres.

DART
© NASA

Une période d’observation à suivre

L’intérêt réel de la mission suicide DART ne consiste toutefois pas seulement à viser un corps célèste. Le véritable objectif est de dévier sa trajectoire afin de tester une manœuvre de déviation pour un astre présentant un véritable danger.

Avant l’impact, Dimorphos faisait le tour de son orbite en 11 heures et 55 minutes. La sonde de la NASA avait alors pour but de réduire cette période de révolution de 10 minutes. En d’autres termes, elle devait le faire rapprocher de Didymos. 

Afin de conclure si cet objectif a vraiment été atteint, les astronomes s’en remettront aux télescopes terrestres. En analysant la luminosité émise par le système lors des éclipses, l’on pourra déterminer l’ampleur du changement. L’on a déjà observé les deux astéroïdes depuis 2015 et l’on peut faire une comparaison assez détaillée. La sonde européenne HERA prévue en 2024 va par la suite analyser les effets de l’impact de plus près.

Ceci prendra néanmoins quelques semaines, voire quelques mois avant de conclure si la mission kamikaze a réellement été un succès. Dans ce cas, l’on disposera d’un système de défense relativement efficace qui nous permettra d’éviter le même sort que les dinosaures il y a 65 millions d’années. Même si pour le moment aucune menace de ce genre n’a encore été détectée, de nombreux astres de la taille de Dimorphos n’ont pas encore été détectés alors qu’ils pourraient dévaster une région toute entière. 

Laissez un avis post

Laisser un commentaire