IBM : Vers un avenir plus automatisé et intelligent

Photo of author

Geekeries.com

Publié :

IBM, l’un des géants de la technologie, a annoncé son intention de remplacer environ 7800 emplois par des systèmes d’intelligence artificielle au cours des cinq prochaines années. Ces emplois concerneraient principalement des tâches de back-office qui pourraient être facilement automatisées, comme la délivrance de lettres de vérification d’emploi dans les ressources humaines.

En revanche, des tâches plus complexes, comme les évaluations du personnel, continueraient probablement à être effectuées par des humains. Le PDG d’IBM, Arvind Krishna, a révélé ces plans lors d’une interview accordée à Bloomberg lundi.

Les raisons de cette décision

  • Optimisation des coûts et gain en efficacité opérationnelle grâce à l’automatisation des processus
  • Recentrage des employés sur des tâches à valeur ajoutée et nécessitant une expertise humaine
  • Amélioration de la qualité et de la rapidité des services aux clients grâce à l’IA

Le potentiel de l’intelligence artificielle : un atout pour les entreprises

En raison du potentiel de l’intelligence artificielle et des avancées technologiques constantes, de nombreuses entreprises cherchent à tirer parti de ces outils pour améliorer leur efficacité et réduire leurs coûts. IBM étudie donc le remplacement d’une partie de son personnel par ChatGPT, une technologie développée par OpenAI qui permet de générer des textes cohérents et pertinents grâce à l’apprentissage profond.

Retour sur l’histoire de ChatGPT

ChatGPT est le fruit d’un partenariat entre IBM et OpenAI, visant à développer des technologies d’intelligence artificielle capables de faciliter la communication entre les machines et les humains. Il a été conçu pour comprendre et répondre aux questions posées en langage naturel, offrant ainsi un soutien précieux dans diverses applications professionnelles et quotidiennes.

Des défis à surmonter : sécurité et adoption par les employés

D’un côté, des entreprises comme Samsung demandent à leurs employés de ne plus utiliser ChatGPT pour des raisons de sécurité. De l’autre, certains envisagent de se séparer d’une partie de leur personnel en raison du potentiel de l’intelligence artificielle, comme IBM. Le défi principal de l’adoption de l’IA reste donc la sécurité des données et la protection de la vie privée des utilisateurs.

Pistes pour améliorer la sécurité de l’IA

  • Mise en place de protocoles de sécurité stricts pour encadrer l’utilisation de l’IA et des technologies associées
  • Formation des employés à la cybersécurité et sensibilisation aux risques liés à l’IA
  • Développement de nouvelles normes et régulations pour encadrer l’utilisation de l’IA dans les entreprises

Conclusion : un avenir prometteur pour l’intelligence artificielle, mais des défis à relever

La décision d’IBM de remplacer progressivement certains emplois par des systèmes d’intelligence artificielle souligne le potentiel de cette technologie et son impact sur le monde du travail. Néanmoins, il reste important de prendre en compte les préoccupations liées à la sécurité et à l’éthique, afin de garantir une adoption harmonieuse et responsable de l’IA dans les entreprises.

Le futur d’IBM et de nombreuses autres entreprises sera sans aucun doute marqué par l’intelligence artificielle et l’automatisation, apportant des améliorations significatives en termes d’efficacité opérationnelle et de qualité des services.

Toutefois, il faudra également veiller à minimiser les risques potentiels et à préparer adéquatement les employés et les organisations à ces transformations.

5/5 - (1 vote)

Laisser un commentaire