« Article précédent : Article suivant : »

Ce qu’apporte Google Buzz face à Facebook et Twitter

Par 12 fév, 2010

Cette semaine, Google a lancé en grande pompe un nouveau service de micro-blogging, dont a priori peu de monde avait entendu parler. Google Buzz a la particularité d’être exclusivement intégré au client web de messagerie Gmail. Le service devait être rendu disponible progressivement sur tous les profils Gmail existants.

En me connectant à Gmail en milieu de semaine, un nouvel écran d’accueil, à la place de ma boite de réception, m’expliquait en quoi consistait Google Buzz. On comprend vite, pour peu qu’on soit un peu habitué à utiliser les plate-formes de microblogging que sont Twitter ou Facebook, qu’il s’agit de la réponse de Google à l’essor de ces 2 plate-formes. Mais en quoi cette nouvelle plate-forme peut-elle faire la différence face aux ténors du genre ?

grey Ce quapporte Google Buzz face à Facebook et Twitter

L’après Google Wave, la réponse de Google face à Facebook et Twitter

On comprend vite, pour peu qu’on soit un peu habitué à utiliser les plate-formes de microblogging que sont Twitter ou Facebook, qu’il s’agit de la réponse de Google à l’essor de ces 2 plate-formes. Google avait déjà tenté de créer un équivalent avec Jaiku puis Google Wave, qui, rappelez-vous, était une nouvelle application permettant de publier des « waves » (des sortes de micro-publications) qui avaient la particularité d’être très souples d’utilisation, mais dont l’intérêt final (professionnel, personnel, actualité, activité personnelle, etc.) n’avait pas été encore trouvé. De plus, avec Google Wave, Google avait fait l’erreur de n’en donner l’accès qu’à un public restreint de geeks beta-testeurs, ce qui restreignait quelque peu le partage… le comble pour une plate-forme de partage ! Google Wave n’a pas été officiellement remplacé par Google Buzz, mais à mon avis, les 2 services marchent sur les mêmes plate-bandes. Il faudrait encore trouver une nouvelle utilité à Wave selon moi.

Des fonctionnalités identiques à celles de Facebook/Twitter

Au point de vue des fonctionnalités, la vidéo officielle de présentation ci-dessous explique assez bien ce que l’on peut en attendre. Publier des vidéos, des photos, des conversations, c’est déjà ce que l’on peut faire avec Facebook, et (à peu près) avec Twitter. On peut décider à quel public sera destiné notre publication, comme dans Facebook. Et l’on peut suivre les publications de nos amis, et des amis de nos amis via une fonctionnalité de suggestion incluse dans la plate-forme, comme dans Facebook, et je crois, Twitter.

Bref, tout ça, on peut déjà le faire à l’identique avec Facebook, et quasiment à l’identique avec Twitter. Ce n’est donc pas au niveau des fonctionnalités que Google Buzz peut faire la différence…

Chose intéressante ceci dit, Google Buzz existe déjà également en version mobile, mais pour l’heure, je n’ai pas encore réussi à tester l’application sur mon iPhone.

Google Buzz et vos auto-followings…

En pratique, Google Buzz a l »avantage de connaitre vos contacts via l’application Contacts de Google. En effet, vous serez peut-être surpris, comme moi, de démarrer dans Google Buzz avec une liste de contacts bien remplie… puisqu’il s’agit, ni plus ni moins, des contacts avec qui vous avez déjà conversé dans Gmail. Google Buzz prend la liberté de vous ajouter dans les followers de vos contacts Gmail, qui utilisent Buzz, et de les ajouter aux vôtres, par défaut. On a heureusement le choix de les supprimer. Même si on comprend le choix de Google (démarrer avec une masse critique d’utilisateurs était indispensable pour lancer la machine), on ne s’étonnera pas que cette « liberté » figure parmi les premières critiques des utilisateurs de Google Buzz.

Mais finalement, Google Buzz, c’est un buzz ou une réalité ? Autrement dit, en parlera-t-on encore dans quelques mois ? Selon moi, même si le lancement de Google Buzz est autrement plus réussi que celui de Google Wave, qui se limitait à un public de geeks, triés sur le volet, ayant pris l’initiative de demander un accès à la beta privée, il arrive quand même avec des mois, voire des années, de retard. Même en ciblant un public large, les utilisateurs de Gmail, qui représenteraient près de 150 millions d’utilisateurs (ce qui est encore un peu loin des 400 millions de Facebook), Google qui essaie de partir avec un train en marche pour rattraper les plus grosses plate-formes sociales, a quand même des wagons de retard en nombre d’utilisateurs.

Je pense d’ailleurs que si Google avait eu le choix, on aurait eu un service à part entière, indépendant de Gmail car là, on a surtout l’impression que la firme de Mountain View a saisi l’opportunité de démarrer avec 150 millions d’utilisateurs, en prétextant que le mail se trouvait, de toute façon, au centre de notre communication avec les autres… alors que ce n’est plus tellement le cas depuis l’avènement de Facebook et de l’instant messaging !

Google Buzz, le futur mariage réussi de Facebook et Twitter ?

Pour que la sauce prenne, il faudrait donc qu’une vraie valeur ajoutée apparaisse sur Buzz, que l’on ne trouverait ni sur Facebook, ni sur Twitter. Mais a priori, c’est tout trouvé : dans Facebook, il est devenu assez difficile de différencier les informations pertinentes des actualités sans intérêt ; la timeline de Facebook étant devenue un mélange de résultats de jeux divers, d’annonces d’évènements, de mises à jour d’activité et de publications de photo festive ou de vidéo fun. Sous Twitter, l’interface austère du service, n’affiche pas les photos ou les vidéos que l’on souhaite partager, mais un simple lien (dont la destination est inconnue jusqu’à ce que l’on ait cliqué dessus) et il n’est pas possible de commenter un twit’, simplement, autrement que par un autre twit’.

Là, on a quand même l’impression, pour le moment, que chacun essaie de publier avec parcimonie, des choses intéressantes. Oui, comme au début de Twitter, en fait icon smile Ce quapporte Google Buzz face à Facebook et Twitter

D’après ce que je vois, les premières publications sur Google Buzz, concernent plutôt l’actualité intéressante et moins des « mises à jour d’activité » façon Facebook ou Twitter, qui n’intéressent (généralement) pas grand monde. Ce pourrait être ça finalement tout l’întérêt de Google Buzz, et sa chance de se démarquer : en spécifiant de facto, dans son nom, le type de publication attendu (des buzz), la qualité des publications et l’ergonomie de l’outil POURRAIT faire la différence.

A ceci ajoutons que l’on peut y connecter nos divers comptes Twitter, Flickr, Youtube et autres, pour que les mises à jour apparaissent de manière transparente sur Google Buzz, on dispose au final d’un dashboard complet, à la FriendFeed, sur lequel on peut trouver un intérêt de se connecter quotidiennement… pour suivre les buzz intéressants ou faire de la veille technologique, tout en ayant la facilité de commenter, façon Facebook!

Finalement, si Google Buzz trouve son public, Google serait arrivé à marier efficacement l’ergonomie de Facebook avec l’orientation 100% micro-blogging de Twitter. Reste à voir ce que vous publierez sur Google Buzz, car c’est de ça que dépend l’avenir du service. Enfin, pour les autres, qui ne seraient pas intéressés par l’utilisation d’un nouveau service de notre Big Brother préféré, ils peuvent encore désactiver le service de leur client mail comme ceci :

grey Ce quapporte Google Buzz face à Facebook et Twitter

 

Vous devriez nous suivre sur Twitter ici et rejoindre notre groupe sur Facebook ici.

Mots-clefs : Catégories : high-tech, logiciel, news
Trackbacks & Pingbacks
5 commentaires

Très bonne présentation de Google Buzz. Ce nouveau service semble prometteur. J’aime bien.

Michel Lavergne (le 12 février 2010)  - #1

N’empêche que le fait d’en restreindre l’usage aux possesseurs de compte gmail est à mon avis une limitation trop grand pour espérer que ça marche réellement.

Recel101 (le 12 février 2010)  - #2

Pas mal ce nouveau service sur google !! On va progressivement vers un remplacement de facebook !!

Fournitures de bureau (le 16 février 2010)  - #3

Si ça continue, google va remplacer facebook, et il est en train d’obtenir un monopole grandissant sur le marché.
N’oublions pas qu’il a commencé a se faire connaître seulement avec son moteur de recherche, et qu’aujourd’hui, il a crée un navigateur web, un os pour smartphone, aujourd’hui Gmail et google buzz, à quand l’ordi et l’os google?

sirius (le 5 avril 2010)  - #4

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.